Blog Infoguerre

16.7.04

Mythomanie et réalités

Infoguerre.com

Infoguerre s’est trompé sur l’acte du RER mais ne retire pas une ligne sur l’appréciation donnée sur la politique appliquée par le Président de la République. La France n’est pas dirigée de manière stratégique mais au coup par coup sans vision internationale à la hauteur des épreuves à venir. Et cette remarque est d’autant plus pénible à formuler sur une question aussi sensible que l’intégrité nationale.

Si l’appareil d’Etat a réagi de manière aussi émotionnelle sur l’affaire du RER, ce n’est pas par pur opportunisme politicien en termes de communication (on se souvient de la course aux communiqués de compassion entre Jospin et Chirac dès qu’il se produisait une catastrophe). Ce non sens collectif dans le traitement de l’information, du plus haut sommet de l’Etat jusqu’aux échelons intermédiaires, est le révélateur parfait de la crainte de subir une rupture de digue d’une partie de l’opinion publique sur la question de l’immigration. Nous sommes désormais à la merci de l’irréparable : qu’il s’agisse d’un acte odieux comme celui du RER si il s’était produit (et n’oublions pas qu’il s’en produit d’autres qui ne retiennent l’attention de personne), ou d’un attentat spectaculaire et meurtrier comme celui qui devait toucher la cathédrale de Strasbourg.
Cette épée de Damoclès n’a rien d’irréel. Contrairement au siècle dernier, notre pays amorce une période de transition très délicate en matière d’intégration, de démographie, de décalage dans les niveaux de vie (un seul exemple qui résume bien la situation : le rapport entre le salaire des PDG des grandes multinationales d’origine française et celui des cadres supérieurs est passé de 1 à 3 dans les années 1980 à 1 à 12 au début des années 2000), et de crise du modèle sociétal (la chute du chiffre d’affaire des grandes surfaces sur les produits à bas prix souligne les premiers essoufflements de la société de consommation conçue sur le modèle nord-américain).
Nier cette évidence au nom de la promotion des Droits de l’Homme et des valeurs de la République est une erreur majeure. La politique de l’autruche ne mène nulle part. Les faits sont là. Ils ne s’arrêtent pas à la montée des actes antisémites qui n’est pas inventée mais bien validée par les statistiques. Il est clair que notre pays n’est pas uni et qu’un travail de fond doit être mené dans le cadre d’une stratégie et non d’un catalogue de mesures. La France a besoin d’une vision, pas d’une pommade sur les plaies de la population

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home