Blog Infoguerre

18.10.04

Projet ITER : Va-t-on sortir de l’impasse ?

Infoguerre.com

Alors que le premier anniversaire de l’échec de la réunion de Washington censée désigner le site d’implantation du futur réacteur ITER approche dangereusement, nous pouvons vous l’avouer maintenant, Infoguerre s’est montré trop optimiste au mois de février dernier (http://www.infoguerre.com/article.php?sid=718). Devant la volonté affichée de la Commission Européenne et le soutien de la Chine et de la Russie, nous pensions que la décision serait prise assez rapidement pendant le premier semestre 2004. Mais, sans la négliger, nous avions toutefois sous-estimé la capacité de nuisance des concurrents du site de Cadarache.

Depuis une nouvelle réunion soldée par un échec en début année, chaque partie campe sur ses positions, et le dialogue semble de plus en plus improbable. Le Japon, comme l’UE, semblent plus que jamais décidés à accueillir le réacteur et ses prometteuses retombées économiques. Mais c’est dorénavant l’Europe qui semble mener la danse, malgré la pression constante que font peser les Etats-Unis en faveur de la candidature japonaise, pression démesurée par rapport à l’engagement modeste dont ils ont fait preuve depuis le lancement du projet. Il est bon de rappeler que les Etats-Unis ont même complètement abandonné ITER pendant quelques années, avant de réintégrer progressivement le cycle des négociations. Ce revirement a notamment eu lieu au moment de l’annonce de l’entrée de la Chine dans ce projet, ce qui pourrait expliquer le regain d’intérêt américain pour une technologie qui pourrait s’avérer indispensable dans les cinquante ans à venir face à son principal concurrent.

Les choses pourraient donc s’accélérer lors des prochains mois, dans la mesure où la Commission Européenne commence à perdre patience. Elle a ainsi à plusieurs reprises confirmé la possibilité de sortir du cadre des négociations en lançant de manière indépendante la construction d’ITER à Cadarache, avec le soutien du plus grand nombre possible de partenaires (dans les faits, pour l’instant la Chine et la Russie, mais l’Inde ou le Brésil pourraient également s’impliquer). De plus, la présidence néerlandaise, le commissaire européen chargé de la recherche et le Ministre français de la recherche s’accordent pour fixer la fin du mois de novembre comme date d’ultimatum avant de se lancer seuls dans l’aventure. Mais il faut toutefois surveiller l’attitude américaine, qui pourrait également encore se durcir. Questionnés par les revues Science et Nature, les deux candidats George Bush et John Kerry ont mis la fusion nucléaire dans la liste de leurs priorités scientifiques. Si George Bush s’inscrit dans la position actuelle des Etats-Unis en apportant son soutien à la candidature japonaise et en saluant « le rôle critique » joué par son pays dans le projet, John Kerry se montre plus ambigu en voulant développer à la fois la participation à un programme international commun (sans préciser où celui-ci devrait être implanté) et un programme national de recherche sur la fusion pour étoffer le porte-feuille de compétences du pays. La structure actuelle du programme ITER et la belle coordination internationale affichée jusqu’ici semblent donc en sursis quelque soit le nom du futur président des Etats-Unis.

L’UE pourrait donc mettre ses menaces à exécution en lançant seule le projet, appuyée par un certain nombre de pays, surtout depuis que la France a annoncé sa volonté de doubler les investissements programmés jusqu’ici. Si nous nous étions montrés un peu trop optimiste quant à l’issue des négociations, il y a une chose sur laquelle nous ne nous étions pas trompés, c’est que le programme ITER est bien plus qu’un projet scientifique de haute volée, mais bel et bien un terrain majeur des luttes d’influence que se livrent les grandes puissances pour la maîtrise des ressources énergétiques. Il faudra certainement attendre la fin du mois de novembre pour voir avancer ce dossier, et tenter de déterminer les premiers vainqueurs de ces luttes.

NC

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home