Blog Infoguerre

7.10.04

Sciences Po Paris abêtit les futures élites de la France

Knowckers.org

Dans l’amphithéâtre Emile Boutmy, fondateur de l'Ecole libre des sciences politiques en 1871, a eu lieu dernièrement une scène épique. Un intervenant très médiatisé qui se la jouait bobo progressiste interpelle la salle en ces termes :
• Qui se reconnaît comme citoyen du monde ? Lla quasi totalité des étudiants présents lève la main.
• Qui se reconnaît comme européen ? : Une bonne majorité lève la main.
• Et le bobo progressiste de poursuivre avec un zest d’ironie, et qui se considère comme français : quelques mains se dressent timidement devant une salle goguenarde et fière de traduire par sa modernité les idées portées par certains chercheurs de Sciences Po sur l’apogée de la transnationalité et du village planétaire.


Cette scène ubuesque mérite un commentaire. Durant la guerre froide des années 50, Sciences Po Paris a été une cible majeure des structures de contre influence américaine qui cherchaient à tout prix à limiter la pénétration des milieux intellectuels occidentaux par les réseaux soviétiques et leurs alliés. C’est ainsi que la Fondation Nationale des Sciences Politiques qui chapeaute l’Institut d’Etudes Politiques de Paris a reçu des dons venant des Etats-Unis pour poursuivre ses recherches. C’est encore le cas actuellement, en particulier pour des chercheurs du CERI qui défendent la thèse de la mort annoncée des Etats-Nations. Un examen méticuleux de l’origine ces capitaux nord-américains nous apporterait un éclairage intéressant sur les accointances que certains de ces généreux donateurs ont avec les milieux nationalistes américains. Alors je résume, des chercheurs, souvent sortis de l’extrême gauche française, prêchent à Sciences Po Paris la fin des intérêts de puissance de nature patriotique et sont encouragés par des nationalistes américains qui se cachent derrière des enseignes rassurantes. Cherchez l’erreur...

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home